08/08/2014

1914-2014: derrière les noms, des hommes

2.jpg

Déjà un siècle….et pourtant Névian veut se souvenir de ses hommes qui partirent à la Grande Guerre, dès début août 1914 et durant les 52 mois que dura le conflit.
Une projection démographique du Névian de cette époque existe dans les archives, il s’agit du dénombrement (recensement) de 1911. Ce document fait état d’une population de 923 habitants, dont près de 450 hommes : bébés, enfants, adolescents, jeunes, adultes et aînés.
160 d’entre eux vont partir au front de 1914 à 1918, laissant mère, femme, sœur et enfants au village pour s’occuper au mieux des vignes, du commerce ou de la famille. Ils sont âgés de 19 à 48 ans, volontaires, engagés, mobilisés, réservistes ou territoriaux...après avoir été bourrelier, tonnelier, vigneron, instituteur, conducteur de tramway, coiffeur, garçon de café…
Les archives de l’armée via les registres matricules ont conservé le noms de ces soldats, héros de la Grande Guerre, ainsi que leur parcours militaire, leurs citations, leurs faits d’armes. Parfois – trop rarement – une photo vient illustrer les documents, posant le visage d’hommes qui ne revirent jamais leur Midi.
A partir d’août 2014, nous proposerons aux lecteurs de mieux connaître les 43 soldats névianais morts pour la France durant ce conflit. Ces 43 hommes ont leur nom gravé pour l’éternité dans le marbre du monument aux morts de Névian.
Lors de la date anniversaire du centenaire du décès de chacun de ces valeureux soldats, un article sera inséré dans nos colonnes qui permettra de mieux connaître ces enfants de Névian que la mort a fauché sur les champs de bataille de la Somme, de Belgique, de Serbie, d’Alsace, de Lorraine ou du Nord, sur terre ou sur mer, dans les tranchés ou près du canon…
Bien sur, ces informations seront extraites de celles que nous possédons à l’heure actuelle, et nous espérons que vous serez nombreux à les compléter ou peut-être à les corriger. Informations au 06 14 86 55 00 (Gilles) ou via www.mairie-nevian.fr

 

08:48 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.