27/01/2012

Une fête pour les noces d'or d'Yvette et Gilbert

IMG_1617.JPG

Le 24 décembre, Yvette et Gilbert ont réuni tous leurs amis et parents pour fêter leur noce d'Or. Déjà 50 ans qu'ils se sont dis oui pour la vie. Lui est néviannais de pure source et elle vient des Pyrénées Atlantiques. Ils n'auraient jamais dû se rencontrer mais sa tante habitait Névian et elle  y passait ses vacances d'été.  A 17 ans ils se sont plu mais il parti en Algérie pour sa vocation: instruire les enfants.  Elle l’attendit et le 23 Décembre 1961, ils se firent promesse d' une vie à 2. Lui reparti en Algérie faire son service, elle le rejoignit quelques mois plus tard. Elle trouva un poste de secrétaire de direction à air France ce qui leur permit de rester plus longtemps dans ce pays qu'ils avaient adopté. En 1963 arriva Laurence et en 1967, Pascal. Ils partirent en 1973 à Paris et continuèrent leur vie en famille. Un jour Pascal les quitta brutalement mais leur amour les aida à surmonter cette épreuve avec l'affection de leur fille Laurence . Après une vie bien remplie,la retraite arriva. Ils quittèrent leur pavillon et Laurence, qui a sa vie de conseillère principale d'orientation en Seine et Marne, pour revenir auprès de leur famille et amis, à Névian, où ils s’organisèrent une vie à 2 vitesses. L'été dans leur maison, et les 4 mois d'hiver en Guadeloupe pour se  ressourcer.
Ils ont 70 ans et 50 ans de mariage, ils ont réunis leur nombreux amis et parents venus d'un peu partout, pour partager le plaisir d'être encore ensemble. La fête fut réussie, émouvante et inoubliable. 

IMG_1609_1.JPG

IMG_1560.JPG

IMG_1559.JPG

24/11/2011

Souvenir des terribles inondations de 1999

la famille se recueille.jpg

Comme chaque année, suite aux inondations du 12 et 13 novembre 1999, une cérémonie se fait pour ne pas oublier les conséquences dramatiques de la crue de l'Orbieu. Une stèle à Laparre a été érigée pour les quatre victimes d'une nuit meurtrière. Une famille de deux enfants qui rentrait vers Bordeaux, détournée vers la nationale, ainsi qu'un jeune toulousain et un musicien bien connu des jazzmen Michel Olive qui arrivait de Conilhac en sens inverse ont été emportés par la vague. Le destin a stoppé leur vie cette nuit là.

Depuis cette date anniversaire les parents et grands-parents de Thomas et Marine viennent poser des fleurs blanches sur la stèle avec les habitants de Névian et Villedaigne, qui pour certains sont devenus des amis. Ils donnent une leçon de courage et tous ceux qui y étaient ne peuvent oublier.

Ce 11 novembre  ils étaient présents avec monsieur Lois et monsieur Péréa, ancien et nouveau maires de Villedaigne, le sénateur Courteau, Magalie Verges et tous les amis et inconnus, pour se recueillir. Le magnolia, planté en 2009 pousse en force et reste le témoin de cette tragédie.

dépôt de gerbe.JPG

DSCN9705.JPG

la stèle du souvenir.jpg

16/11/2011

Cérémonie du 11 novembre

Flavien et Nicolas.JPG

Le défilé des officiels est parti des écoles pour se diriger vers le monument aux morts ou de très nombreux Néviannais attendaient. Le sénateur Roland Courteau et l'adjudant chef Ferrer de la gendarmerie de Narbonne accompagnaient Magalie Vergnes qui déposa la gerbe. Elle commença à lire le message du président de la république en hommage aux soldats mort pour la France et demanda aux personnes présentent dans ce lieu de recueillement et d'émotion, de ne pas oublier.«La mémoire est  toujours plus forte que l'oubli. Les poilus ne sont plus là pour conter aux enfants, sans haine, leurs souffrances, le sacrifice de leurs plus belles années de jeunesse......En hommage à tous ces morts et pour l'avenir des générations futures restons vigilants et combattons sans relâche ceux qui en France ou dans le monde prônent la haine, le racisme, l'intolérance. »

La chorale chanta « Névian 1914 » un chant écrit par Paul et Gilles, néviannais de cœur.
Après la minute de silence, Flavien et Nicolas, élèves du primaire, commencèrent à lire la lettre de Gaston Biron, écrite à sa mère Joséphine. Il avait 22 ans en 1914, lorsque ce jeune « poilu » parti pour la guerre pendant plus de 2 ans. Il disparut à la fin de l'été 1916, et mourut de ses blessures le 11 sept 1916.

Les 32 choristes entonnèrent la Marseillaise à trois voix, l'émotion était palpable.
La cérémonie terminée, les personnes présentent furent invitées à se retrouver au foyer pour le verre de l'amitié.

le défilé traverse le village.JPG

les enfants sont nombreux.JPG

DSCN9755.JPG

DSCN9726.JPG